ppp

Un rêve d'oasis

Behind the Destination

Memo,

L’oracle avait prédit que tu me reviendrais bien vite ; tout comme il avait annoncé, il y a de cela plusieurs millénaires, qu’Alexandre le Grand, le conquérant de Macédoine, viendrait ici. La légende raconte qu’il suivit un vol d’oiseaux traversant la grande mer de sable, afin de retracer sa lignée jusqu’aux dieux.

Mais je ne fus pas si facile à capturer. Je me suis caché dans chaque grain de sable, dans chaque molécule d’eau frémissant dans les sources cristallines et les noueuses racines qui soutiennent les robustes palmiers et oliviers. Ce n’est que lorsque le vent vagabond s’échappa de sous la canopée, enlevant la lune, que tu me discernas.

La touffeur de la nuit était chargée de l’odeur sirupeuse des dattes mûries. Au pied des oliviers, des fleurs enveloppées de leurs pétales refermés exhalaient un soupir dans leur sommeil. Tu emportas ces souvenirs chez toi et c’est ainsi que mon parfum naquit. Vanille et encens s’unirent. L’essence de feuilles de cannelle rencontra la douceur du narcisse, du freesia et de l’héliotrope.

Ma contrée natale ? Siwa, bien sûr, cette oasis verdoyante au cœur d’une vaste étendue de sable et colonie parmi les plus isolées d’Égypte. Majestueuses formations rocheuses, palmeraies ombragées, sources et lacs salés miroitant de mille reflets y ont nourri et inspiré le peuple berbère installé depuis 10 000 ans et n’ont de cesse d’enchanter tous ceux qui posent le pied dans ce paradis retiré.

Au cours de leur voyage migratoire, le faucon concolore et l’alouette de Clot-Bey rendent une fugace visite en ce lieu, à l’instar des touristes en quête d’un havre de paix après l’agitation du Caire. Non loin des plantations foisonnantes, sur un affleurement rocheux, les rues animées de la Siwa moderne débordent de vie et d’activité commerçante. Au centre, la vieille ville de Shali forme un labyrinthe de ruelles poussiéreuses aux nuances d’ocre massées autour des ruines en briques crues de l’antique forteresse de Shali Ghadi.

À l’ouest reposent les vestiges du temple de l’oracle d’Ammon, divinité à tête de bélier adorée par les tribus libyennes, puis vénérée en tant qu’Amon par les Égyptiens. Au nord se dresse la nécropole de Gabal al-Mawta, la montagne des morts. Le neuf et l’ancien se côtoient à Siwa. Des traditions uniques, transmises par des générations de familles berbères, se mêlent à la modernité du XXIe siècle.

L’on m’a raconté que le parfum de Siwa n’était pas lié à des éléments palpables, mais au « sentiment d’être perdu dans un lieu et une époque qui ne sont plus de ce monde ». Une ère nostalgique où les pharaons régnaient encore, ces enfants-rois qui levèrent d’épiques campagnes militaires à cheval, et où les oracles tout-puissants étaient consultés pour dévoiler ce que nous réservaient les dieux.

Mais ce ne sont que mirages du désert. Siwa est destinée à être appréciée dans l’instant présent et mes délicieux effluves vous rappellent que cette oasis luxuriante n’est autre que l’endroit dont vous aviez toujours rêvé.

Siwa

Eau de Parfum

Memo Paris a revisité Siwa, faisant parcourir à cette fragrance un nouveau voyage en lui ajoutant une note d’encens. À découvrir dès à présent.

Partager